« A Bigger Splash » : A Bigger Flop

A Bigger Splash

de Luca Guadagnino

Il y a certains titres se prêtant au jeu de mot facile, qu’il serait plus sage d’éviter, car trop tentant à tourner en dérision. Surtout quand le film est mauvais. Surtout quand il se regarde autant le nombril qu’on ne résiste pas à l’envie de le remettre à sa place. Comme c’est le cas de A Bigger Splash… ou A Bigger Flop, certainement un des plus mauvais film de l’année.

A Bigger Splash

Pourtant, A Bigger Splash nous faisait miroiter de jolis moments de cinéma, avec ce voyage sensuel empreint de tension et de dilemmes moraux, inondé par l’infernal soleil d’Italie. Mais sous son vernis auteuriste, son casting quatre étoiles et cette intrigante histoire empruntée à La Piscine de Jacques Deray (A Bigger Splash en est effectivement le remake), un vide abyssale, vertigineux et confondant de nullité vous tend les bras. Prenez garde à ne pas tomber dans le précipice !

Que dire sur A Bigger Splash ? Pourquoi est-ce si dramatiquement foiré ?

Panne d’inspiration, approximation et volupté

On se laisse d’abord séduire pourtant : Par Tilda Swinton toujours en verve, bien que muette, en rock star assagie. Par les paysages naturels, baignés par la lumière de la sublime île italienne, (certainement le sujet le plus passionnant du film) par cette atmosphère voluptueuse, par Matthias Schoenaerts, absolument exquis. Puis Ralph Fiennes débarque, et dans son sillage, ennui, cabotinage et approximations malheureuses.

Le film est émaillé des défauts qu’on incombe ordinairement aux jeunes réalisateurs inexpérimentés. Pourtant Luca Guadagnino n’en est pas à son premier coup d’essai, et est même responsable d’un bel antécédent avec Amore, déjà servie par le talent de la digne d’adoration Tilda Swinton. Il semble avoir subi ici une dramatique panne d’inspiration. Fallait t-il donc, avec tant de cet acharnement résigné, mener le projet à son terme, tel un capitaine refusant de quitter le navire alors en plein naufrage ?

Tout d’abord, la mise en scène ne trouve aucun point d’ancrage, aucune consistance, ne semble relever d’aucun choix, n’être guidée par aucun parti pris. Luca Guadagnino se cherche, multiplie les effets visuels, sans aucune cohérence ni pertinence. Rien ne fait sens, ni ne semble découler d’une vision globale. Est-ce un brouillon ? Non, c’est bien la version finale.

On a l’impression de découvrir le film d’un adolescent voulant imiter les auteurs qu’il admire, sauf qu’il n’est pas porté par le souffle créatif nécessaire à l’entreprise. C’est laborieux, extrêmement poussif, et le résultat, inabouti et imprécis, est terriblement embarrassant. Tout semble engendré par le hasard. Comme s’il avait fallu monter un film à partir des délires approximatifs d’un amateur.

a-bigger-splash-soundtrack

Par ailleurs, le film hésite constamment entre balourdise extrême et légèreté inconsistante. Soit Luca Guadagnino y va avec les gros sabots, appuyant certains éléments d’une manière grotesque, cousant le tout d’un épais fil blanc ; soit il tente de faire passer certains messages très subtilement, mais la tentative échoue car Luca Guadagnino ne maîtrise ni l’art de la suggestion ni de la métaphore. Le spectateur se doute que l’on essaye de lui dire quelque chose, mais le message peine à atteindre son destinataire. On comprend les intentions de Luca Guadagnino (instaurer une tension pesante, traiter de relations complexes, exprimer la jalousie, la tentation et les regrets de ses personnages) mais rien ne fonctionne, ni ne sonne juste. L’émotion, perdue entre l’intention et la réalisation,  n’affleure pas. Tous ces défauts semblent découler d’un cruel manque de talent de conteur et de metteur en scène, mais aussi d’implication. La paresse et la mollesse sont-ils les leitmotiv d’A Bigger Splash ?

Breaking News : Dakota Johnson est vraiment mauvaise actrice

Inutile de préciser que les personnages sont en plus mal écrit. Le pire, entre la réalisation maladroite et le manque d’inspiration criant de l’ensemble, réside sans doute dans le jeu d’acteur de Dakota Johnson. Si son partenaire dans Cinquante nuances de grey semble avoir tiré son épingle du jeu (la série The Fall est un bel exemple) bien avant le navet érotique sur l’autel duquel son jeu d’acteur fut sacrifié, la fille de Mélanie Griffith fait quant à elle figure d’erreur de casting.

maxresdefault (5)

Son rôle : une jeune femme sensuelle qui va bouleverser l’ordre établi, faire flancher la moralité implacable de Matthias Schoenaerts et mettre en péril l’équilibre des couples présents à l’écran. Nous assistons, pour notre plus grand malheur, à un enchaînement de poses sensuelles grotesques, de gros plans d’une lourdeur inouïe sur des parties de son corps – censés dévoiler sa sensualité ingénue – et de mimiques de jeu grossières et approximatives. Le degré zéro de la subtilité et de la sensualité en somme. Cela entache fâcheusement le film ; c’était effectivement en partie sur cet aspect que devait reposer l’irrespirable tension de ce thriller moite et langoureux. C’est raté. Ralph Fiennes quant à lui en fait des caisses, et prend en otage le spectateur, forcé d’assister à ses clowneries incessantes et épuisantes, tandis qu’il assassine ses partenaires de jeu relégués à la fonction de faire valoir.

Le réalisateur qui voulait se faire plus gros que le boeuf

A Bigger Splash est donc un échec retentissant, un plat dans l’eau douloureux. Cela aurait pu éventuellement être sauvé par un montage plus adéquat et surtout plus inspiré, mais cela n’a pas été.

Le tout est souligné par un manque d’humilité éhonté : le film, s’il avait été moins fanfaronnant (chaque plan transpire une ambition esthétisante outrée), et ne s’était pas tant étiré en longueur (plus de 2h) aurait sans doute rendu ses défauts plus supportables. Luca Guadagnino ne connaissait certainement pas la fable de la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le bœuf. Son film connait pourtant un destin similaire.

Publicités

Un commentaire

  1. Cath44. · mai 15, 2016

    Un article très explicite, avec de l’humour et j’ai apprécié !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s